Accueil > Particuliers > Pour un dépistage plus efficace du cancer du col de l’utérus

Pour un dépistage plus efficace du cancer du col de l’utérus

Le 14 janvier 2014 par La rédaction dans Particuliers


Le cancer du col de l’utérus fait quelque 1000 victimes par an en France. La maladie touche les femmes âges de 40 à 60 ans environ et est due à un virus sexuellement transmissible. Si un dépistage a normalement lieu lors du suivi gynécologique de chaque femme, la Haute Autorité de Santé préconise de nouvelles dispositions pour dépister au plus tôt ce cancer.

Le cancer du col de l’utérus

femme-col-uterusDeuxième cancer féminin dans le monde, le cancer du col de l’utérus est un cancer sexuellement transmissible, qui touche chaque année en France plus de 3 000 nouvelles femmes et en tue plus de 1 000.
Il est provoqué dans la très grande majorité des cas par une infection par le virus du papillome humain(HPV) : ces papillomavirus sont présents dans 99,8 % des cancers du col, et entraînent des lésions précancéreuses à l’origine du développement de la maladie.

Près de deux tiers des femmes qui ont une activité sexuelle sont en contact avec le virus, mais seules 1 à 2 % contaminées par le virus vont développer un cancer du col de l’utérus. Ces virus sont une cause nécessaire mais cependant non suffisante du cancer du col utérin.

D’autres facteurs interviennent également :

• la précocité des rapports sexuels ;
• la multiplicité des partenaires ;
• le tabagisme ;
• des déficiences en vitamines ou hormonales ;
• autres infections sexuellement transmissibles (IST) associées.

Le cancer de l’utérus touche généralement les femmes âgées de 45 à 60 ans, mais il peut également être détecté chez des femmes plus jeunes ou plus âgées.

Recommandations de la HAS pour le dépistage du cancer du col de l’utérus

recherche-microscope-cancerAprès le cancer du sein et le cancer colorectal, la Haute Autorité de Santé (HAS) souhaite améliorer le dépistage du cancer du col de l’utérus : elle recommande aux pouvoirs publics la mise en place au niveau national d’un dépistage organisé du cancer du col de l’utérus, visant toutes les femmes de 25 à 65 ans, soit 17,5 millions de femmes concernées.

La HAS préconise pour cette population, en l’absence de symptômes, un frottis cervico-utérin tous les 3 ans, après deux frottis normaux réalisés à un an d’intervalle.
Il apparaît que la stratégie du dépistage individuel a atteint ses limites et le taux de couverture (57 %) stagne alors que la loi de santé publique fixe un objectif de 80 % de femmes dépistées pour ce cancer. Cet objectif de 80 % permettrait en effet de réduire de plus de 20 % le nombre de décès.

Frottis régulier, pour le dépistage du cancer du col de l’utérus

Un suivi régulier, avec examen et frottis, doit être réalisé pour dépister efficacement le cancer du col de l’utérus. Cette démarche de prévention concerne toutes les femmes de 25 à 65 ans.

La HAS note également, dans le dépistage individuel, des inégalités sociales, de fortes disparités géographiques liées à la répartition des gynécologues, et la qualité inégale des frottis.
Elle préconise donc de généraliser le dépistage organisé en cours d’expérimentation dans treize départements.
Selon les modèles envisagés par la HAS, le surcoût global peut être estimé à un peu plus de 20 millions d’euros pour l’assurance maladie et il serait couvert à terme par des économies liées notamment à la baisse des sur dépistages.

Afin de compléter ce dispositif, la Haute Autorité conseille des actions de renforcement spécifiques à destination des femmes peu, voire pas dépistées : absence d’avance de frais et/ou gratuité des tests pour les populations plus défavorisées, plus précaires, actions communautaires,…

Enfin la HAS insiste sur le fait que la vaccination (Gardasil et Cervarix,) qui s’adresse aux adolescentes et jeunes femmes âgées de 14 à 23 ans qui n’auraient pas encore eu de rapports sexuels, ne doit pas conduire à relâcher l’effort de dépistage.

Publier votre commentaire

Les commentaires publiés sur ce blog sont modérés selon la Charte d'utilisation. Pour toute question veuillez contacter la Rédaction.