Accueil > Particuliers > Acouphènes : définition et traitements

Acouphènes : définition et traitements

Le 15 janvier 2014 par La rédaction dans Particuliers


Pour certains, le silence n’est pas supportable : il met en relief ces bruits incessants, tintements, bourdonnements, chuintements, qui habitent leurs jours et leurs nuits. Ce phénomène porte le nom d’acouphène, et s’il n’a rien de dangereux, il reste gênant, stressant, et peut dans les cas graves atteindre des niveaux insupportables. Présentation de ce qui est souvent le symptôme d’une autre maladie, lié à un problème d’audition, et des traitements qui peuvent soulager les personnes souffrant d’acouphènes.

Qu’est-ce que l’acouphène ?

Ils sont quelque 5 millions de Français, soit environ 15 % de la population, à entendre des sifflements, des tintements, des grésillements, à avoir des bourdonnements d’oreille, ou toute autre sorte de gêne auditive qui se manifeste le jour et la nuit. C’est cela un acouphène, un bruit dans l’oreille ou la tête, qui n’est justifié par aucun stimulus sonore extérieur : le patient est seul à entendre ce son. Il ne s’agit pourtant pas d’une simple hallucination auditive, car des tests ont montré l’existence concrète des acouphènes.

On distingue deux types d’acouphènes :

• les acouphènes subjectifs : ils sont perçus uniquement sous forme de bourdonnements et de sifflements et représentent la forme la plus fréquente des acouphènes ;

• les acouphènes objectifs : plus rares, ils peuvent être entendus par d’autres personnes à l’aide d’un stéthoscope, et résultent de sons provoqués par le passage du sang dans les vaisseaux au niveau de la tête ou du cou. Les contractions des muscles de l'oreille moyenne ou du palais mou peuvent aussi être à l’origine des bruits entendus.

Les acouphènes sont généralement considérés comme le symptôme d’une maladie du système auditif, la maladie de Ménière, l’otospongiose, le neurinome de l’acoustique… ou bien le fruit d’un accident traumatique, comme la fracture du rocher. Mais ils peuvent aussi avoir d’autres causes, comme l’hypertension, l’hyperthyroïdie, l’hypercholestérolémie, ou la malocclusion dentaire… Si les seniors sont les plus souvent concernés par les acouphènes, on constate que les cas de jeunes adultes atteints par le phénomène sont de plus en plus fréquents. En effet parmi les autres causes possibles d’acouphènes, on trouve les traumatismes sonores, dus à l'exposition à des bruits intenses, comme l'écoute d'un baladeur dont le volume serait mis au maximum, ou le travail quotidien en milieu très bruyant.

Quels traitements pour soulager les acouphènes ?

Si vous constatez que vous entendez des bruits sans raison, il convient de consulter dans un premier temps un médecin généraliste ou un ORL, qui pourra vous guider vers des traitements médicamenteux qui peuvent aider à réduire les acouphènes. Mais il faut savoir que les acouphènes sont la plupart du temps chroniques, et la personne qui en souffre devra s’habituer à leur présence sonore, plus ou moins intense, en apprenant aussi à se détendre et se relaxer.

De façon générale, si la cause des acouphènes est identifiée, le traitement approprié correspond à celui de la pathologie qui en est la cause. Mais le problème réside dans le fait que la plupart du temps, la cause des acouphènes est inconnue. Les traitements proposés ont alors recours à des médicaments comme les vasodilatateurs périphériques, qui augmentent le calibre des vaisseaux et peuvent aider à réduire les bruits. Il est aussi possible de se voir prescrire des somnifères si les acouphènes se manifestent le soir, des anxiolytiques ou des anti dépresseurs. Certains cas très grave nécessitent la prise de cortisone.

Mais toute prise de médicaments doit également s’accompagner d’un suivi destiné à aider le patient à trouver une solution au stress induit par les acouphènes, à améliorer sa tolérance au phénomène en développant une démarche d’habituation. Ce procédé d’habituation consiste à la bonne information du patient sur l'origine et le devenir de l'acouphène. Cela lui permettra de faire évoluer sa représentation du symptôme dans trois directions :

• modifier les pensées négatives qui lui sont associées ;

• adopter des comportements adaptés (et particulièrement éviter le silence ou les situations très calmes) ;

• favoriser son adhésion intellectuelle et sa collaboration volontaire à la démarche thérapeutique.

Fréquemment les acouphènes s’accompagnent d’une baisse auditive : dans ce cas, l’audition est à la fois moins efficace et désagréable du fait de l’acouphène. Il est donc conseillé de trouver des solutions pour améliorer l’audition, notamment par le port d’une prothèse auditive. Ceci aidera à diminuer la perception de l’acouphène, de diminuer le stress, en entendant mieux, et de dissimuler le bruit de l’acouphène grâce à ceux de la vie quotidienne. Autre solution, les GBB, ou générateurs de bruit blanc, peuvent être efficaces dans certains cas.

Publier votre commentaire

Les commentaires publiés sur ce blog sont modérés selon la Charte d'utilisation. Pour toute question veuillez contacter la Rédaction.